Fukuoka – 11 novembre 2017

Un marathon, des rikishis, une nouvelle ville, on a visité Fukuoka et je vous raconte ça maintenant.

La principale raison de notre visite ici est le Kyushu basho mais nous n’avons pu avoir des places que pour demain… C’est le problème quand tu ne voyages que 3 semaines au lieu de 3 mois, t’es super contraint par le temps, c‘est nul. On optimise au maximum et après avoir pris notre shinkansen du jour, on jette nos sacs dans un casier… enfin on essaye car il y a une foule de gens un peu partout et on ne trouve pas de casier de libre (plus tard dans la journée on découvrira les 3000 casiers dispos dans les étages mais on était focalisé sur ceux autour de nous). Direction le métro et on tombe sur un couple qui vient récupérer ses valises, une fois délestés on peut foncer vers la première chose que j’avais repéré : le plus grand Bouddha du monde à Nanzoin !

Pour être tout à fait exact, on trouve le plus grand Bouddha en bronze du monde ! 41 mètres de long et 11 mètres de haut ! Il est très récent (les années 90 me semble), c’est peut-être pour ça qu’il n’y avait finalement pas beaucoup de monde. On prendra le temps de visiter à l’intérieur, d’aller toucher une corde reliée à la statue et déposer un vœux rédigé en japonais (ils ont prévu une feuille où tu peux recopier les bons kanjis en choisissant ton thème, j’ai pris un truc genre faire un voyage en tout sécurité et Yann a choisi… je sais pas mais le truc avec les kanjis les plus faciles). La statue est clairement imposante mais j’ai surtout aimé toute la partie avant avec plein de temples et de statues dans un bout de forêt. Il y avait pas mal de représentations du gros démons avec des flammes derrière lui et tout un circuit à parcourir. On ne s’arrêtera pas prier à chaque temples vu le nombre, j’ai vu des gens en faire plusieurs d’affilée, je ne sais pas trop comment ça marche mais à la fin ça doit revenir un peu cher vu la concentration dans le coin.

De retour en ville, on va optimiser la visite de temples : le Tochojin, le Shofuku et le Kushida ! Le plus impressionnant est le premier. On a failli rater l’entrée du second étage en voulant aller trop vite et on n’aurait juste raté un immense Bouddha tout en bois ! Très impressionnant mais mis en valeur bizarrement, l’endroit est super sombre et on se fera le passage dessous où il faut avancer dans le noir complet en se tenant à une barrière… On a dû rater ce qu’il fallait faire j’imagine mais il y avait une statue éclairée au milieu. Après notre petit tour dans les temples, on va tomber sur le Hakata Machiya Folk Museum qui est hébergé dans une vieille maison (plus de cent ans). On y découvre l’histoire de Fukuoka et d’Hakata qui ont fusionné (FUUUuuSSSiiiiIOoonnnnNN !) ce qui explique pourquoi vous ne trouverez jamais la gare JR de Fukuoka et qu’il faudra indiquer Hakata. La partie la plus intéressante du musée sera celle sur le festival Hakata Gion Yamakasa. On va pouvoir voir tout un petit film qui va nous faire découvrir comment sont fabriqués les différents chars, comment les différents quartiers s’entraînent sur plusieurs mois, on va voir ses courses en vidéo et je me demande comment il n’y a pas des morts chaque année ! Le truc est ultra lourd, y a un public de fou et les mecs parcourent une assez longue distance en ville avec un char qui s’élève à plusieurs mètres ! Ça doit être trop bien en vrai de voir ça, dommage pour nous ce n’est pas maintenant. On aura pu voir un vrai char plus loin et ça fourmille de détails, c’est très très haut et impressionnant de l’imaginer porté dans les rues.

On filera vers notre guest house qui est assez excentrée de la ville mais avec le marathon de Fukuoka le lendemain matin et le tournoi de sumos sur plusieurs jours, je n’avais pas eu l’embarras du choix… On finit par longer une autoroute aérienne et tomber dans un quartier sombre et résidentiel sans aucun magasin autour… Je m’inquiétais un peu mais on va tomber sur Jean (ouaip Jean), un japonais qui a travaillé en France, qui est catholique et a donc un nom suite à son baptême, qui a une mère communiste et un père bouddhiste ! Sacré mélange ! Le mec est super accueillant et on va loger dans un petit appart séparé de la maison avec cuisine, bain programmable qui te parle quand l’eau est chaude et tout le confort ! On discute un peu avec Jean et il est ultra serviable. On se fait indiquer un restaurant et je lui demande pour imprimer un papier… Je le vois revenir avec une imprimante dans les mains ! Puis il me demande ce que je veux imprimer et quand je dis « PDF » il me regarde genre « rah mais ces touriste français ! » et me dit que je peux faire ça pour 20 yens dans n’importe quel combini… Oups désolé et effectivement on le fera sans aucun soucis le lendemain matin.

Lien vers les photos : 2017 – 11 – 11 – Japon (Fukuoka)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.