De Hahei à Raglan – 15 novembre 2013

DSC05989

Il fallait bien qu’on rate un départ en bus…

Finalement aucun soucis pour la nuit en dortoir, on a peu de temps de toute façon car il faut être prêt à 7h15 pour partir en bus… C’est bizarre de rester si peu de temps à un endroit mais il va falloir s’y habituer, on aura peu de jours off sur notre séjour. Du coup c’est reparti avec ce qui va devenir notre petit train-train : départ, arrêt toilette, arrêt supermarché pour faire les courses, choix des activités, pause repas, activité, dodo. Il n’est heureusement pas obligatoire de participer aux activité payantes (vu les prix c’est salvateur) et nous allons passer notre tour pour l’activité du jour à Raglan.

Sur le chemin nous allons découvrir une nouvelle boisson : L&P. Cette limonade au citron a même le droit à sa petite statue et c’était pas mal du tout puis c’est local donc on a fait honneur et on trouvera même du chocolat blanc goût L&P ! On se fera un petit fish’n chips bien gras (mais bien bien gras et bien bien gros) avec vue sur une rivière (on ne l’a pas encore dit mais les paysages sont vraiment splendides même si ça manque de moutons dans le coin). Puis nous posons nos affaires dans cet hôtel perdu en plein milieu du bush. Le lieu est génial, à l’écart et avec les bâtiments éparpillés dans cette forêt, une très bonne surprise et en plus nous ne sommes que 4 dans le dortoir ! Mais pas le temps de se poser une fois de plus, il faut aller vers la plage pour l’activité du jour.

Raglan est mondialement connu (il paraît) pour le surf et là vous comprenez pourquoi on n’a pas signé pour aller apprendre à surfer… S’il y a bien quelque chose où je suis profondément mauvais ce sont tous les sports de glisses ! Et puis franchement qui a envie de faire su surf ? C’est pas un peu « j’me la pète » comme activité hein… Moi je dis « arrête de t’la péter » parce que tu fais du surf… Il semblerait que ça soit dans le coin que le film « Endless summer » ait été tourné et il est possible de surfer une des plus longues vagues du monde. Aujourd’hui la mer semble bien calme mais on apprendra que toute le monde aura réussi à rester debout sur sa planche après les 2 heures de cours.

Douche naturelle.

Douche naturelle.

Pour nous c’est petite ballade, la découverte d’une petite cascade d’une cinquantaine de mètres en plein bush puis retour pour une petite ballade sur la plage. On profite de la vue (ok pas mal la vue pas mal) puis on remonte dans le bus… ha ben non il est en train de partir… trop tard c’est raté ! On est donc sur un parking sans connaître le nom de notre hôtel, sans savoir le nom de la plage et sans crédit sur notre carte sim… J’avoue avoir bien maudit les 2 personnes de notre dortoir qui étaient dans le bus et qui n’ont pas jugé utile de dire à Motors que nous manquions à l’appel… ce n’est pas comme si on était 10 à faire la sortie et qu’elle était repartie avec 8 personnes seulement. On trouve une âme charitable pour nous prêter un téléphone et on appelle Stray pour leur expliquer la situation et là pas de soucis, il suffit d’aller au bord de la route, attendre de voir le bus qui devrait passer d’ici 2 heures ! Ouaip mais non… Par chance on voit passer Annie, une des filles du bus qui avait oublié un truc sur la plage et on peut donc rentrer tranquillement avec elle en mini-bus. Je suis passablement agacé par le mode « Chacun pour sa gueule » qui semble être la règle mais on va s’adapter pas de soucis. On va tenter de profiter du coucher de soleil pour se détendre mais les nuages viennent gâcher la vue… Du coup on repart se préparer notre petite repas car on commence à reprendre un rythme normal et c’est fini les restaurants tous les repas (sniffff), on fait comme tous les jeunes du bus, on économise en se préparant notre repas et en mangeant peu à midi.

Il faut reconnaître qu’on est bien au dessus de la moyenne d’âge mais, à mon grand étonnement, on est parmi ceux qui passent le moins de temps en Nouvelle-Zélande ! La plupart des gens ont au minimum un mois mais beaucoup sont là pour plusieurs mois. Surtout des hollandaises et des allemandes qui après leurs études ont pris du temps pour voyager. Si seulement on avait cette habitude en France, j’aurais pu voyager et voir encore plus de pays !

Le lendemain Motors apprendra qu’elle avait oublié quelqu’un (nous donc) et expliquera qu’il faut être à l’heure ! On aura retenu la leçon et on sera très souvent les premiers aux divers lieux de rendez-vous.

La totalité des photos est disponible sur Picasa : 2013 – 11 – 15 – Nouvelle-Zélande (Raglan)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.