Saguenay – 16 et 17 juin 2018

Avant je voulais habiter près d’un volcan, maintenant je préfère envisager le fjord.

On a atterri vers le Petit Saguenay pour dormir et on est encore super bien accueillis par une personne qui nous propose plein d’activités. Pour faire dans l’originalité la plus totale nous décidons d’aller faire une petite randonnée dans un parc national mais nous rajoutons également la sortie en kayak de mer sur le fjord et ça c’est la classe. On arrive presque à l’ouverture du parc en espérant que les premières sorties kayak de l’année auront assez de participants et en croisant les doigts pour trouver une randonnée sur la matinée.

Et tout roule aujourd’hui ! On a le temps de monter à la statue, redescendre puis prendre notre collation avant notre périple sur le fjord. Une chance, ça n’a pas changé depuis hier, et on trouve toujours ça aussi beau et ce n’est pas les divers points de vue lorsque nous montons qui vont nous faire changer d’avis. Pas beaucoup de choses à dire sur la ballade, on marche tranquille et sans croiser personne ou presque, c’est l’avantage d’être un peu hors saison et aussi que l’année scolaire ne soit pas terminée. On découvre la vue à couper le souffle sous la statue de notre-dame-du-Saguenay. Cette statue blanche est en fait en bois mais recouvert de plaque de plomb afin de la protéger. On apprendra que c’est un marchand qui l’a faite ériger ici et qu’il y a plusieurs légendes à ce sujet. L’une d’entre elles dit qu’il passait sur un cours d’eau en hiver et que la glace a cédé sous le poids de son chargement, il pria la sainte Vierge et fut miraculeusement sauvé. Il oublia un peu qu’il avait promis un super cadeau en retour de la vie sauve, tomba malade, repassera un coup de fil à Marie et de nouveau un miracle. Là il se dit que fallait pas abuser et décida de commander une statue de 9m.

Il avait juste oublié que pour la monter là où il le voulait, sur le point le plus haut du fjord, il fallait déjà ne pas se planter de point le plus haut (celui en contrebas a quelques mètres de plus) mais surtout il fallait prévoir de savoir comment on montait la statue… Après moultes galères, la statue fut découpée en 4 morceaux et posée sur un des pics assez haut mais pas trop.

De retour au bord de l’eau, on rejoint 2 français et un québecois qui vont nous encadrer pour notre sortie en kayak. Un des français est stagiaire… le mec se paye des sorties en kayak comme stage… Non mais clairement les conseillers d’orientations ils le savent pas ça au collège sinon direct je deviens guide de kayak à Saguenay moi. Bref le mec bosse en nous expliquant que le fjord est un immense réservoir à nourriture, qu’il y a plus de 300m d’eau sous nos pieds et que… Stop ! Là c’est pas un phoque par hasard ? Yes c’est bien ça mais on nous conseille de ne pas nous approcher car c’est super joueur et que parfois ils tentent de monter sur le kayak ce qui a pour effet désagréable de te faire tomber dans de l’eau ou tu tiens environ 2 minutes sans mourir de froid.

On poursuis la sortie en passant devant une des parois les plus difficiles à escalader au monde (faut aussi ajouter que c’est rarement autorisé d’essayer pour protéger les faucons pèlerins qui nichent pas loin). Après un petit coucou à la statue, on revient en discutant de la Nouvelle-Zélande avec l’autre guide français qui y a passé un an et qui maintenant tente de venir bosser au Canada l’été.

Le lendemain sur la route vers Tadoussac, on fera des stops pour admirer la fjord… Je lai déjà dit mais c’est vraiment trop trop beau ! Je vais voir s’il n’y a pas un classement des plus beau fjords du monde en rentrant. On décide d’aller voir le phare indiqué sur notre carte touristique pas du tout à l’échelle et qui te fait croire que le phare est à 100m mais en fait t’es parti pour plus d’une heure trente de marche… Seuls… Avec comme dernier panneau sur la route : « attention aux ours »… Et on ne croisera pas un seul humain de toute la randonnée… et il se mettra un peu à pleuvoir mais… on a eu une vue de la mort qui tue donc ça valait clairement le coup ! On arrive à Tadoussac sous la pluie dans une maison vieille de 150 ans et on croise les doigts pour demain car on n’a qu’une chance pour la croisière et l’observation des baleines !

Liens vers les photos :
2018 – 06 – 16 – (Parc du Saguenay)
2018 – 06 – 17 – Canada (Tadoussac)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.