De Koyasan à Himeji – 8 et 9 novembre 2017

La réservation est faite depuis longtemps, c’est un peu le climax du voyage : Koyasan.

On avait totalement zappé cet endroit mais à force d’en entendre parler, on avait noté dans notre carnet des trucs hyper cools à faire comme d’aller passer la nuit dans un temple dans un endroit sacré. Et ce n’est pas parce que la cable-car ne fonctionne pas qu’on va se laisser abattre. On saute dans le de train de 6h du matin pour rejoindre Hashimoto et de là, petit tour en bus ! La marge est grande car ils annoncent entre 3 et 6 heures de trajet… On avait tout bien étudié la veille pour optimiser au maximum et sur une inspiration soudaine on pensera à laisser nos gros sacs à la gare dans un casier (oui il y a des casiers accessible dans les gares ici). Coup de chance ou conséquence d’une organisation sans faille, on arrivera à Koyasan en environ 3 heures.

L’organisation par contre n’avait pas prévu qu’il allait pleuvoir… Bah au moins il y aura moins de monde qu’y s’y promènera et nous partons donc parcourir ce lieu sacré où l’on trouve des centaines de temples. Cet endroit est sacré depuis que Kaishin a lancé une sorte de lance. Car oui comment feriez-vous pour choisir un endroit pour créer votre secte bouddhiste vous ? Eh bien vous feriez comme tout le monde, vous lanceriez un vajra qui en atterrissant ferait pousser un arbre dont les épines iraient par 3 au lieu de 2 et vous installeriez un très grand nombre de temple avant de rentrer en méditation éternelle (ouaip le mec n’est pas mort, il est en méditation alors respect total). Alors est-ce que la réputation du lieu est surfaite ? Même pas… Les temples sont nombreux mais sont surtout magnifiques, que ça soit Kongobu-ji ou encore Garan. On essayera de profiter des arbres ayant la bonne couleur (vert n’étant pas accepté en novembre) et l’on observera discrètement les prêtres qui prient (discret avec les 10 autres photographes qui faisaient comme nous).

La pluie ayant enfin décidé de nous laisser tranquille, on tentera une petite randonnée sur le chemin des femmes. Eh oui ici aussi mesdames vous étiez impures ou un truc comme ça et du coup il existe des sentiers qui sont à la limite de la zone définie comme sacré. C’était ici que les femmes venaient pour prier au plus près. Avec les racines et les feuilles, on jugera que ce n’était pas une si bonne idée, on a manqué de tomber et on était presque pas inquiet des panneaux « attention aux ours, en cas d’attaque protégez vous la tête ». On revient à temps pour aller rejoindre notre petite guest house du soir : le Ichijoin.

Les 3 voitures de luxe ont commencé à nous mettre la puce à l’oreille et quand on est accueillis comme des rois, on a mis ça sur le compte du sens du service des japonais mais en rentrant on est obligés de le reconnaître : on a pris un putain de temple de luxe ! Il y a 57 temples comme celui-ci où les touristes peuvent loger et on a pas pris le plus moche. On a une pure chambre à la japonaise mais le long des couloirs pour la rejoindre c’est le festival aux portes décorées, aux statues, aux décorations de fou. Je vous passe sur les 2 jardins intérieurs qui étaient des tueries, j’essaye de ne pas trop parler du super bain chaud disponible où se prélasser. J’évoque les salons communs où l’on peut poser ses fesses et se prendre pour un shogun et j’en arrive au point « HO… MON… BOUDDHA !!! » du soir : le repas.

Je peux vous assurer que sur la quinzaine de plats, il y en a environ une dizaine qui m’auront provoqué un orgasme. Si les repas végétariens sont tous comme ça, je peux m’engager à ne plus jamais manger de viande de ma vie. Je suis bien incapable de vous dire ce que l’on a mangé mais les goûts des aliments étaient tous différents, les tempuras de légumes étaient l’équivalent de multiples cheesecakes en dessert… Non mais c’est pas humain de faire des choses aussi bonnes… Si les prêtres mangent cela tout les soirs je vous annonce ma future retraite pour une méditation infinie dans le quartier.

Après un petit somme, on se lève très tôt pour assister à la prière du matin : ambiance calme, on est que 4 étrangers sur les 40 personnes. Les prêtres vont prier, chanter durant prêt de 50 minutes, c’était une chance rare surtout que le temple où se déroule la cérémonie est richement décoré et n’est pas ouvert au public sauf si l’on dort sur place. On a vécu un moment à part et de retour dans notre chambre, le petit déjeuné nous attendait… Bon ben comme la veille, c’est une pure tuerie au niveau du palais, j’en peux plus c’est trop bon… stop… heu encore… heu non stop !

Avant de repartir, on ira visiter le cimetière de Oku-no-In et le mausolée où Daishi est toujours en train de méditer depuis sa mort… heu non depuis sa méditation tout ça. Il y a plus de 200 000 tombes dans cette forêt, c’est superbe ! De la mousse en recouvre la grande majorité mais on y verra d’immense mausolées offerts par de grandes marques (celle avec les tasses à café nous aura bien surpris). On repart avec ce sentiment d’avoir une chance énorme de vivre ce genre de truc…

Et pour finir notre retour pourquoi pas un petit stop à l’arrache pour retrouver le château d’Himeji ! Ce dernier était fermé en 2013 pour rénovation mais il a ré-ouvert l’an dernier. On a peu de temps mais on retournera à l’intérieur pour voir que… ben c’est toujours aussi vide ! L’architecture est impressionnante et les 7 étages sont très grands avec des plafonds très haut mais il n’y a toujours rien d’exposé ce qui fait que la visite est assez rapide. On cherchera un joli point de vue afin d’avoir nos belles photos et on visitera une nouvelle partie encore en cours d’élaboration : il y aura des boules à facettes et je ne veux pas savoir pourquoi.

Fin de ces 2 jours qu’on est pas prêts d’oublier et on se retrouve à… Hiroshima (back to 2009 and 2013 again).

Liens vers les photos :
2017 – 11 – 08 – Japon (Koyasan)
2017 – 11 – 09 – Japon (Himeji)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.