De Bangkok à Thimpu – 04 et 05 novembre 2014

2014-11-04

Une organisation sans faille, un planning au millimètre, nous sommes en total contrôle.

Tout démarre presque trop parfaitement, aucun soucis d’organisation de sacs (mais on a certainement oublié un truc), une pharmacie plus grande que tout ce qui sera disponible sur place, des réservations terminées. Tout est bon, on a même prévu une petit visite dans l’après-midi après avoir posé les bagages à notre hôtel de Bangkok (ouaip on est à un point de « J’me la pète » qu’on ose parler de « notre » hôtel alors qu’on a dû y passer 3 nuits maximum). On pousse même à ne pas prendre de taxi et à faire le trajet avec les transports en commun (prix divisé par 2 et aucun embouteillage). Température de 29° dans les dents mais qu’importe, on retournera dans « notre » restaurant » (situé pas loin de l’hôtel Udee… mais si, vous savez, c’est « Notre » hôtel de Bangkok) et on aura ce petit temps de réflexion quand la personne à l’accueil nous dira « Vous devriez attendre 16h pour vous décider là, il pourrait pleuvoir »…

Bon nous on est des vrais backpackers de l’extrême et pas le genre à croire qui que ce soit (surtout en Thaïlande) et on part manger en se disant qu’on est grand et qu’on fait ce qu’on veut non mais… Sur le chemin on notera avec une ingéniosité rare que tous les vendeurs rangent ou protègent leur étal… Pourtant pas de gouttes de pluie enfin si peu… 30 minutes plus tard c’est comme si toute l’eau de la planète était déversée sur la tronche de Bangkok. Bon ben on se réfugie comme 2 rigolos dans notre chambre histoire de réceptionner le visa pour le lendemain.

Quelle belle toiture !

Quelle belle toiture !

Pas de visa… Ok tout est sous contrôle car nous décollons dans 18h30 et j’ai un mail qui me dit « Je vous envoie le visa aujourd’hui, sans ce papier vous ne pourrez pas embarquer donc imprimez-le »…. Heu comment ça pas embarquer ? Nous on a trop frimé devant nos amis pour échouer là. (Insérez ici la petite musique de 24h Chrono). La touche F5 du clavier commence à prendre feu, on décide de téléphoner au mec car il reste… 14h. Le gars me répond, sait de suite que c’est nous et dit « Don’t worry, you will have it, see you tomorrow ». Nous voilà sereins et on repart manger après notre sieste.

Retour à l’hôtel, il est 20h29, on décolle dans 10h et… Pas de putain de visa !!! 20h30… Le mail et le visa, on n’a même pas stressé on est des fous dans nos têtes ! On imprime ça vite (le toner de l’imprimante déconne mais on n’est plus à ça près) et le lendemain nous voici au check-in pour le Bhoutan !

Anecdote : notre file d’attente est composée de 20 indiens avec tous de gros sacs violets remplis à ras bord et tous ou presque avec la même veste portant encore l’étiquette. Ok on vous a pas du tout mais alors pas du tout spotté en train d’importer des trucs surtout après avoir vu les sacs blindés au duty free… On a un stop à Kolkata (non on ne dit plus Calcutta) et c’est le décollage : destination l’aéroport le plus dangereux du monde !

Oui on avait peut-être oublié de le préciser mais un article récent reçu la veille du décollage (merci Lionel) nous a bien confirmé que c’est l’aéroport le plus dangereux du monde. On a du bol pour le temps, la vue est super dégagée, on vole tranquille au-dessus des nuages, rien à l’horizon à part… cette énorme montagne : coucou l’Everest ! Impressionnant à voir, on a donc sous les yeux la plus haute montage sur terre ainsi que la troisième (ne me demandez pas où est la seconde, vous n’avez qu’à chercher). Puis vient le moment de l’atterrissage…

La sécurité avant tout.

La sécurité avant tout.

Alors petit exercice, Paro est à 2300m d’altitude et est entouré de montagnes dont une à 5000 et un paquet d’autres assez hautes, comment le pilote peut-il effectuer son approche sur la toute petite piste ? En slalomant entre les montagnes, très bonne réponse collégiale ! C’était un bon truc de malade et je ne suis pas prêt d’oublier quand lors de la descente on a pu voir au niveau de notre hublot la fenêtre d’une maison à flanc de montagne (gros moment what the fuck). Après 4 ou 5 virages, je n’aperçois pas la piste mais en fait normal on vient de se poser tellement vite que je n’ai pas vu qu’on se rapprochait du sol (vu que le sol il était à notre hublot je vous rappelle). On a bien déliré et pas eu si peur que ça (enfin pas une fois qu’on avait atterri).

On trouve Chime (le boss), notre guide Sonam et notre chauffeur Pradan. Direction Timphu la capitale. Leur anglais est très bon, ils ont l’air content de nous voir (pas autant que nous) et on se régale déjà du paysage, on a les drapeaux pour les prières, des montagnes, des bâtiments stylés, des gens en tenues traditionnelles, une route qui tourne dans tous les sens : bingo on est en voyage ! La capitale est une… petite capitale mais on est carrément dépaysé, on se promène tout seul comme des grands, on reçoit notre première bénédiction par une inconnue dans un temple et qui tente de nous parler de l’agence où elle bosse (c’est la 2ème personne à nous aborder pour cela ce qui nous étonne car, pour être ici, on a dû choisir une agence, c’est donc tard pour démarcher) et on a même du temps pour aller voir notre première forteresse reconvertie en administration/temple à touriste. On arrive un peu tard car une fête se prépare : la venue du président de l’Inde venant pour l’anniversaire du Roi Dragon (car oui, le Roi ici on l’appelle Roi Dragon ce qui sur l’échelle de l’awesomeness est over 9000). On est un peu déçu d’apprendre donc que toutes les décorations sur les routes n’étaient pas pour nous ce qui nous avait flatté… Il y a donc d’autres touristes dans le coin ?

Oui en fait, le Bhoutan est légèrement connu… et vu que les bhoutanais ne sont pas super nombreux ça donne un ratio assez bizarre. Il semblerait que nous devions nous attendre à un ratio de 20 pour 1 lors du premier festival que nous allons voir… Et m*** on se croyait super précurseur et en fait c’est super main stream le Bhoutan. Pas grave on a déjà ce petit goût d’Happiness qui est mis en avant par le pays !

La totalité des photos est disponible ici : 2014 – 11 – 05 – Bhoutan (Timphu)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. h dit :

    Roi Dragon ça rappelle Game of Thrones. Bon séjour au Bhoutan et Mefiez vous des nains quand même.

  2. Haazheel dit :

    On y a aussi trouvé le « King of North » de là à dire que GoT a été inventé ici ? 🙂 On n’a pas croisé de nain par contre 😉

  3. Lionel dit :

    Vous pouvez toujours compter sur moi pour vous faire peur juste avec un petit mail 🙂

    En fait je pensais que vous aviez déjà atterri mais j’avais oublié votre escale à Bangkok.

  4. Haazheel dit :

    Oui je me suis douté y a pas de soucis 😉 j’avais vu l’article à Toulouse avant de décoller :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.