Punakha – 13 novembre 2014

2014-11-13

On y va crescendo ? Non, parce que la journée était vraiment classe.

Dzong veut dire forteresse et on en a déjà visité mais celle-ci a la réputation d’être la plus belle du Bhoutan, on va juger sur place la Punakha Dzong ! Rien que l’arrivée est déjà très classe, la forteresse est situé entre 2 rivières Pho Chu et Mo Chu. Une rivière est considérée comme un homme et une autre comme une femme, mais comment les reconnaître ? Je vous laisse le temps de lecture de ce post avant de vous donner la réponse. Revenons à ce gros gros bâtiment tout blanc avec ses toits et ses encadrements de fenêtre rouges, il y a de quoi se la péter, c’est gros, c’est massif et c’est entouré de 2 rivières pour se défendre. On y rentrera par un pont en bois bien surélevé et il semblerait qu’avant il y avait un système de pont-levis. A gauche le premier temple qui avait été construit ici (je ne sais plus pour quelle raison mais soit c’était une divinité à vaincre soit c’est après avoir été vu dans un rêve). Le cousin a décidé de faire la grosse forteresse juste à côté.

Best team ever !

Best team ever !

On est un peu surpris du monde, il y a beaucoup de locaux en tenue traditionnelle et avec des offrandes et coup de chance, on tombe le jour de la « descente » de Bouddha ! Alors non pas la descente du bus ce qui n’aurait aucun intérêt, mais Bouddha, après avoir atteint l’illumination, avait oublié tout ce qui le rattachait à sa vie d’avant. Il avait donc oublié sa mère mais un jour, en voyant un bébé et sa maman, paf ça lui revient. Pas de chance, maman est morte… Ce qui n’est pas un problème quand on s’appelle « Bouddha » et il part donc au paradis voir sa mère pour le week-end… qui durera 3 ans, 3 semaines et 3 jours ! Après ces petites vacances, sa mère lui dit qu’il a du boulot en bas et que les disciples ne sont pas encore capables de se débrouiller seuls et il redescend donc sur terre ! Aujourd’hui on fête cela et on pourra donc assister à une cérémonie où les moines vont chanter (faire des « OommmMMmuuMMmmOO ») et taper sur des tambours avec une tige en bois rouge recourbée. On va se poser quelques minutes pour profiter de l’ambiance et se laisser dévisager par les statues de Guru Rimpoche, du dieu de la miséricorde, de Bouddha et de tout un paquet de statues. Le temple est tout en couleur avec des scènes reproduisant la vie de Bouddha donc je vous passe les détails mais on est super bien calé maintenant et on pourra vous raconter si vous voulez.

On repart par le petit temple puis direction un autre temple : Samdhingkha. On y arrive en faisant une petite randonnée au milieu de rizières, en montant, la vallée se dévoile et on n’est pas loin d’un de nos plus jolis points de vue. Parvenu au sommet du temple, on a un panorama de malade ! On admirera les centaines de statues du dieu de la guerre également ! Chose amusante, si 2 armées prient ce dieu, c’est la première à le prier qui aura la victoire ! Vu le nombre de statues ici et le détail des représentations on peut se dire que les échauffourées de 2003 ont tourné à l’avantage du Bhoutan (ce fait historique reste à vérifier, je parle sans l’aide de Wikipédia).

Décrochez moi cette affiche.

Décrochez moi cette affiche.

En redescendant, on n’a plus grand-chose à faire selon notre guide, il y a bien ce petit temple la-haut mais bon il sait pas si on a envie. On se laisse évidemment tenter et ça sera une excellente surprise ! En arrivant, les nonnes sont en train de faire descendre une immense toile représentant Bouddha. Nous suivrons la procession jusqu’à l’intérieur du temple dédié à la déesse de la compassion aux mille visages (et autant de mains pour coller des claques aux gens qui n’écoutent pas). On se pose et on va rester 1h30 pour toute la cérémonie ! Des prières, de la musique avec tambours et tout ! On se régale et on a même le droit à un petit goûter avec thé et gâteaux (oui pendant la cérémonie). Le final sera l’arrivée de 5 danseuses avec instruments de musique traditionnelle et c’était… wow ! On s’est régalé et dire qu’on a failli ne pas venir !!! Pas de photos ni vidéos, désolé c’est évidemment interdit dans les temples au Bhoutan, même si pendant la danse j’ai vu que certains bhoutanais dérogeaient un peu à la règle.

La réponse à la question sur les rivières (vous n’aviez pas oublié hein?) est que : par tradition et très souvent, la femme est dessous durant l’acte et l’homme est dessus ; ici une des rivières semble plus virulente et semble prendre le dessus justement sur l’autre… c’est donc la rivière homme. Ça marche aussi avec les rochers qui pourraient constituer les testicules mais certains y verront les seins d’une femme donc c’est plus discutable. De rien pour cette minute culturelle, c’est gratuit.

La totalité des photos est disponible ici : 2014 – 11 – 13 – Bhoutan (Punakha)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.