Du Mont Cook à Rangitata – 4 décembre 2013

DSC07656

Du rafting catégorie 5, la plus difficile faisable en loisir… Mouais c’est mignon…

Par 2 fois nous allons rencontrer le principal soucis des néo-zélandais… Alors que l’on râle quand les bouchons prennent possession de la rocade, alors que les parisiens font souvent 12 heures de trajet pour se rendre à leur travail (à moins que ça ne soit les marseillais?).. Alors que les manifestations des routiers paralysent le pays (certains parlent même de prise d’otage mais Ingrid n’est pas d’accord)… Nous sommes tombés sur une manifestation de moutons en colère qui en avait marre de se faire tondre ! On ne restera pas bloqué longtemps mais je ne pensais pas que cet animal était aussi con… C’est une catastrophe, ils se jetaient les uns après les autres contre une clôture et pas un n’a soumis l’idée de juste s’écarter sans se fracasse le crâne… Tu m’étonnes que cet animal ne fasse pas partie de mon panthéon tient.

On poursuit notre route avec un barrage et de l’eau bleue (bla bla super bleue bla bla), un champ de lupins (non Arsène ce n’était pas ta famille) pour arriver à l’église de Good Shepherd. Pourquoi s’arrêter ici ? Eh bien les personnes ont construit cette église eux-même sans que personne ne leur demande rien ou ne leur donne rien, elle est depuis ouverte et fonctionne (ça se dit pour une église?) uniquement grâce aux dons. Elle est toute petite mais la vue depuis la fenêtre leur a permis d’économiser sur l’achat des vitraux.

Manifestation de moutons !

Manifestation de moutons !

Nous passerons également voir un Kaori. Ce nom ne vous dit rien mais vous connaissez certainement son autre appellation : Agathis australis… Toujours pas ? C’est un arbre assez imposant que l’on ne trouve qu’au nord de la nouvelle-Zélande. Cet arbre est un des arbres ayant les plus gros troncs au monde (il fait la guerre aux séquoias) et il n’en reste que très peu en Nouvelle-Zélande. Ils sont sacrés pour les Maoris et ils sont maintenant protégés mais comme il leur faut 800 ans pour arriver à maturité puis continuer à grossir on peut s’estimer heureux d’en avoir vu un de plus de 1000 ans ! Il faut savoir qu’ils retrouvent des troncs dans des marais et qu’ils sont datés de plus de 45 000 ans… Oui 45 000 ! Après la datation au carbone 14 n’est plus possible donc on peut dire que c’est au minimum 45 000 ans. On ne peux que regretter que les européens de l’époque n’aient pas jugé utile d’en laisser plus et qu’ils aient préféré en faire des mats pour les bateaux (le tronc est parfaitement lisse car l’arbre perd ses branches en grandissant et ne conserve que celles du haut.)

On va retomber sur une seconde manifestation de moutons (quand je vous disait que c’était un fléau ici) et je n’oublierai jamais leurs tronches quand le bus s’est arrêté… Je n’ai jamais vu autant de vide dans les yeux d’un être vivant à part peut-être quand j’ai vu Ribery à la télé il y quelques années.

Le rafting ? Ha oui j’ai oublié de vous dire qu’on n’est pas allé le faire, c’était assez cher et on préférait aller se balader au bord de la rivière en espérant repérer un autre lieu de tournage du Seigneur des Anneaux. Je m’occuperai intelligemment en tentant de construire un passage sur un petit bout de rivière pendant que les filles enlèvent leurs chaussures et passent à côté.. C’est le problème avec les filles ça sait pas s’amuser à déplacer des gros cailloux pour rien.. C’est nul !

On termine la journée avec un repas de fromages (Xavier n’a aucune inquiétude à avoir, ce n’est pas le même niveau) où l’on parlera avec un belge qui travaille sur un bateau… qui remonte des épaves… à plus de 5000 mètres de fond… Ça m’agace les gens qui friment avec leur boulot !

La totalité des photos est disponible sur Picasa : 2013 – 12 – 04 – Nouvelle-Zélande (Rangitata)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.