De Lake Aniwhenua à Whakahoro – 18 novembre 2013

DSC06289

Haaa Whakahoro et son fameux… Heuu… Ok je bluffe on ne connaissait pas.

On se dirige vers le lac Taupo en fait car pas mal de monde va faire son premier skydive (c’est un saut en parachute). Pour attirer les touristes ils ont la prétention d’être parmi les moins chers de Nouvelle-Zélande et en plus ils viennent vous chercher en limousine ! Mouais… Nous on décide plutôt d’aller voir les Huka falls plutôt c’est beaucoup plus calme… Enfin calme, façon de parler car Waikato est la plus longue rivière ici (42 km) et elle provient du lac Taupo.

Ce lac a une petite particularité, il n’y a pas d’anguilles de rivière qui remontent le courant pour s’y installer et vous vous demandez sûrement pourquoi car tout le monde sait que les anguilles arrivent plus ou moins à remonter n’importe quoi et vont même s’installer en pleins milieu de Sydney. La réponse est : Huka Falls. Car l’eau se déverse relativement vite et en sortie de cette chute d’eau il y a de l’animation. Le débit est hallucinant et on est étonné que certains aient tenté le coup en s’approchant en bateau (ils ont fini sous l’eau) mais on est en Nouvelle-Zélande et s’il y avait moyen de faire un sport extrême ici ils l’auraient trouvé. Alors je parle d’un fort débit mais je sens comme un peu de scepticisme dans votre regard et je vais donc vous apprendre que chaque minute qui passe aurait permis à cette cascade de remplir 5 piscines olympiques… Oui oui 5 toutes les minutes. Après ce petit arrêt nous rejoignons le lac Taupo qui semble aussi grand que Singapour visiblement. L’eau est super claire, on se fait un petit tour, on voit des mecs tenter de jouer au golf (oui il y a une barge avec les trous pour le golf) puis on discute un peu avec Elodie (une française expatriée au Canada) et on file attendre notre bus dans la rue Heuheu (c’est le vrai nom de la rue… Heuheu… je sais pas vous mais moi ça me fait marrer).

On est passé par là.

On est passé par là.

On récupère les gens qui ont sauté en parachute (blablabla c’était super blablabla bande de frimeurs) puis on rejoint Blue Duck Lodge où nous dormons ce soir. Le lodge est perdu au milieu de… ben franchement si on devait situer « nulle part » sur une carte je pense qu’ici ferait bien l’affaire. Notre hôte nous fait bien marre, on comprend son anglais et on décide donc de signer au denier moment pour un tour en 4WD (une sorte de mini 4×4 qui passe partout). D’autres vont faire du cheval mais quand j’apprendrai qu’on ne peut pas en avoir pour manger le soir je passerai mon tour pour cette activité. Wendy nous récupère avec sa voiturette de golf et on file sur les sentiers pour découvrir le vrai bush néo-zélandais. On découvre la différence de cri entre le kiwi mâle et femelle. On sait pourquoi la femelle a un cri aussi bizarre : quand elle pond son œuf, il fait 80 % de sa taille donc pour le sortir faut gueuler… C’est Wendy qui nous a appris ça ! Elle est ici depuis 2009 donc ne doutez pas de cette information. On partira ensuite pour « entrée-plat-dessert » mais pas de repas ici, c’est le nom de 3 montées qui vont s’enchaîner. Le début est cool et marrant, la suite est chaotique et pentue, la dernière partie c’est n’importe quoi et je suis impressionné par la puissance de notre engin. On arrive en haut, on regarde autour de nous et… on va se recroqueviller dans un coin en pleurant et en disant « holalalala c’est trop beau ! »… On avait une vue de la mort avec du vert tellement vert que c’est pas possible, des moutons tellement moutonnés que c’est pas possible et des montagnes tellement cool que c’est mortel.

On apprendra aussi comment la vallée s’est formée : une montagne femelle et 2 montagnes mâles… Évidemment la montagne femelle va aller voir les 2 mâles, le plus costaud va se fâcher très fort (et perdre son pic pointu pour se retrouver avec un cratère), la montagne va partir en pleurant et donc laisser la vallée derrière elle. Maintenant elle cache son visage dans les nuages quand l’autre montagne pourrait la voir. Après cette leçon d’histoire, on redescend pour faire un petit tour en canoë et tenter de voir les fameux blue duck ! Cette espèce est en voie de disparition et ne disposant pas du statut super commercial du kiwi… Dommage pour le seul canard au monde qui dispose de lèvres non ? Et la chance va nous sourire car un couple va venir se poser près de nous puis va déguster son petit repas sans se soucier de nous. Nous pourrons les observer plus de 10 minutes ! On apprendra aussi énormément de choses sur la faune et la flore qui ont été importés par les européens et aussi sur le choix des terres attribuées aux colons. Ici ils sont vite repartis vu la tronche du terrain je me demande quelle drogue prenait le mec qui a dit « ici on va implanter des fermes ». On verra aussi les pièges et le combat que mènent les gens ici pour réduire le nombre de saloperies de rongeur.

En rentrant l’engin ne va plus démarrer et on se fera un bout à pied ce qui nous permettra d’apprendre que le cousin de Wendy est convaincu que les américains ne sont pas allé sur la lune car pour faire des véhicules aussi pourris et pas capables de tenir en Nouvelle-Zélande, il ne faut pas être doué ! Moi je dis, ça se tient comme explication.

La totalité des photos est disponible sur Picasa : 2013 – 11 – 18 – Nouvelle-Zélande (Whakahoro)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.