Bangkok – 5 et 6 mars 2013

2013 - 03 - 05 - Thailande

Personne pour nous réceptionner, pas de voiture avec chauffeur,… Comment allons-nous faire ?

On commence par prendre un taxi puis on se réfugie dans notre « Hi Hostel ». Je vous laisse chercher ce que c’est mais c’est super pratique et nous avons pris la carte de membre afin de bénéficier de 10 % à chaque réservation. La guesthouse est vraiment super propre et nous avons enfin accès à l’Internet à pleine vitesse. J’en profite pour balancer l’intégralité de mes articles sur le blog et à l’heure où je tape ces lignes, il doit encore en rester pas mal. Comme nous squattons les livres dans le hall d’accueil et que nous prenons conscience que l’on ne sait rien de ce pays, nous discutons avec les gens et nous sympathisons avec un professeur norvégien qui s’appelle… Un truc qui sonne norvégien. Il encadre un groupe de 12 jeunes qui, entre le lycée et la fac, partent aider des gens dans différents pays. Le groupe venait du Kenya où il avait aidé à fabriquer des meubles pour une école et il se dirigeait vers le Cambodge.

En cherchant ce que nous allions pouvoir faire pendant 3 semaines, on mesure un peu notre méconnaissance du pays… Aucune idée de ce qu’il y a à voir ou à faire, aucune idée de ce qu’on voudrait faire du coup… En naviguant, une idée me vient : celle d’aller voir du Muay Thaï. Et comme un signe du destin, le mardi soir c’est au Lumpinee Stadium. Le prix est légèrement excessif pour être bien placé (2000 bahts soit 50 €) mais je me dis que c’est l’occasion où jamais. Je suis seul à vouloir y aller, Yann ira passer sa soirée dans le quartier chinois que vous pouvez voir en photo. Moi j’embarque un des norvégiens et nous voilà 2 à partir pour voir des thaïlandais se mettre sur la tronche. Arrivés sur place, nous sommes parmi les premiers et récupérons des places idéales, légèrement surélevées, on est ravi et on va profiter de presque 4 heures de combat ! Les premiers combats sont assez softs, on découvre les mouvements, pas de trucs trop impressionnants. La suite nous mettra bien dans l’ambiance et on aura parfois mal à la place du mec qui se prend un gros coup de pied dans la tête. Le show est aussi dans le public, quand les combats sont plus sérieux, les gens s’enflamment et parient de l’argent sur le match, c’est incompréhensible pour nous mais on a adoré. Puis viendra le clou de la soirée, les têtes d’affiche et que dire… De la grosse baston, un sport où ça frappe sévère et la victoire à l’arrachée du rouge (contre le bleu) qui va asséner 3 coups de poing d’affilé ! Je ne sais même pas comment le mec en face à pu continuer. Nous pourrons voir de beaux coups de pied retournés (vous remarquerez que je n’ai aucune connaissance technique de ce sport), un peu de sang mais aucun KO et un match avec un français qui va s’imposer contre un thaïlandais. Si c’est pas un peu la classe d’avoir pu assister à ça en Thaïlande hein ? En repartant, je découvre que les taxis thaïlandais se réservent le droit de ne pas se servir du compteur pour vous facturer… Je refuse de négocier vu que je ne sais pas où nous sommes mais au 7ème qui refuse de nous prendre, j’abandonne et on paye le double du prix je pense.

Un rond point classique

Un rond point classique

Le lendemain, nous planifions pas mal de visite mais nous croisons un gentil monsieur par hasard. Il est professeur et nous apprend que le musée est réservé aux étudiants ce matin mais qu’on peut aller faire le reste. Il s’éloigne puis revient nous indiquer 3 lieux à voir pas très loin, on le remercie pour les infos et on se prépare à partir quand il nous propose de nous arranger un prix pour le tuk-tuk. Quelle chance de l’avoir croisé ! Nous partons sur notre tuk-tuk, nous croisons une personne qui est étonnée de nous voir dans un petit temple comme celui-ci, etc… On a trop de chance hein ? Bon en fait mon cul oui ! On s’est fait avoir comme des putains de débutants !!! Alors pour vous éviter la même déconvenue que nous, pour vous éviter de devoir passer du temps dans des agences de voyage à la con qui vont vous facturer des trucs que vous pouvez faire tout seul, pour vous éviter de vous retrouver à rater une partie du musée qui ferme super tôt… Pour vous éviter tout cela, voici mon conseil : ne jamais rien croire de ce que vous raconte quelqu’un en Thaïlande ! Voilà. Oui je sais c’est rude mais on va fonctionner comme cela en Thaïlande. Si un mec vous dit que le musée est fermé alors que vous êtes à 5 minutes à pied, faites la marche et surprise, le musée sera ouvert. Si on vous dit qu’il est impossible de faire une activité sans réservation, allez-y ce sera possible. Le tourisme de masse a visiblement dépassé les limites ici et il faut s’adapter. On est parti avec un petit avis négatif du coup sur ce pays mais on va se rattraper maintenant qu’on est attentif. Mais j’ai halluciné de voir le boulot du rabatteur, le tuk-tuk qui est sympa jusqu’à ce qu’on lui fasse rater sa commission dans la seconde agence parce qu’on a passé moins de 5 minutes dedans… Au moins on s’est fait avoir le premier jour, on va s’éviter d’autres déconvenues. On prévoit de revenir du coup un jour plus tôt sur Bangkok pour pouvoir visiter le musée en entier car ce qu’on a vu était superbe.

Avant de quitter Bangkok, nous achetons une carte SIM : 50 bahts dans un 7/11 (un magasin) et vous voici avec 15 bahts de crédit et un numéro thaïlandais… Sans aucune papier, sans rien justifier. Rien que cela commence à me réconcilier avec ce pays. Avec ça en main, nous partons pour notre première destination que nous avons un peu choisie à l’arrache, nous pouvons le reconnaître.

La totalité des photos est disponible sur Picasa : 2013 – 03 – 05 – Thaïlande (Bangkok)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gibounours dit :

    Ils sont très « meubles » les nordiques, entre les suèdois d’IKEA, et maintenant les norvégiens qui s’y mettent aussi !

  2. Haazheel dit :

    Oui mais là c’est de l’artisanal donc rien à voir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.