De Kalaw à Pindaya – 24 au 26 février 2013

2013 - 02 - 24

Levés de bonne heure, nous partons arpenter les montagnes birmanes. Ceci dit il était en fait 9 heures du matin et nous commençons par prendre une moto-roulotte. Et je ne crois pas vous avoir encore parlé des fameuses motos-roulottes…

Une moto-roulotte comment ça marche mon cher Jammy ? Et bien c’est simple, vous prenez une moto tout ce qu’il y a de plus banal, pas un truc trop puissant surtout. Vous y ajoutez un toit pour le conducteur et derrière une énorme roulotte en métal, vous couvrez le tout pour protéger vos passagers mais surtout vous ne lésinez pas sur le poids. Ensuite vous entassez 2 personnes devant grâce à un astucieux petit siège passager soudé à la roulotte, vous collez 5 personnes et des grands sac à l’arrière et vous pouvez ensuite facilement vous promener dans les pentes avoisinantes le tout en première en faisant chialer ce pauvre moteur qui doit bien se demander quand il raté sa vie… La moto-roulotte reste tout de même assez inconfortable mais indispensable pour démarrer notre petite randonnée.

Ils avaient un meilleur équipement que nous.

Ils avaient un meilleur équipement que nous.

Nous sommes accompagnés d’un guide et de 2 personnes qui s’avéreront être aussi des guides… Nos 3 guides donc portent de gros sac qui, nous le découvrirons plus tard, renferment nos repas, nos couchages et nos couverts. Le premier guide que j’appellerai Speedy. Speedy a 24 ans, cela fait 10 ans qu’il fait le trajet et grâce à ses tongs de compétition, il nous collera de gros vents sur les 3 jours et nous attendra en fumant tranquillement à chaque pause… Le guide 2 est Perroquet (42 ans), il va passer 3 jours à nous répéter les mêmes phrases en birman… Sa méthode marche car j’ai tout retenu ! Il passera aussi pas mal de temps à essayer de nous faire marrer. Le guide 3 est Teacher (32 ans) et c’est le seul qui a plus de 2 mots de vocabulaire en anglais, il en a même 17 pour être exact. Pour en revenir à la randonnée, c’est beaucoup plus sympathique finalement que le trek à Hsipaw : les paysages sont beaucoup plus colorés avec de la terre presque rouge. Il y a beaucoup de culture de thé, d’orangers, de choux, de pommes de terre et énormément de collines toutes arrondies, c’est vraiment une bonne première petite journée qui se clôturera par une nuit dans un monastère. Nous, on imaginait déjà des centaines de moines faisant la prière mais il n’y a que 4 enfants et un moine… Moine qui viendra me parler football, tant pis pour le côté exotique, on passera quand même une soirée très réussie. Je pense qu’un peu d’alcool et un bon feu sont les 2 ingrédients minimums pour passer du bon temps.

Le lendemain nous nous imaginons une journée identique et effectivement, la matinée se déroule dans les mêmes conditions : on se pose dans un village à midi, on est observé sous toutes les coutures et impossible de lire sur son kindle sans que la moitié des villageois viennent voir. Du coup je n’oserai pas sortir mon ordinateur. La bouffe est faite par Speedy et il assure méchamment ! Je ferai même le fou en goûtant le choux cru + cacahuètes et c’était excellent même si mon estomac m’a fait savoir qu’il ne fallait pas trop pousser les expériences de ce genre. L’après-midi nous repartons avec l’insouciance du touriste qui ne sait pas ce qu’il l’attend… et nous n’avons pas été aidés par la carte approximative de nos guides… On pensait marcher 3 heures… On a marché plus de 5 heures et pendant les heures les plus chaudes. On a bien rigolé quand on a coupé à travers champs entre 2 collines et que Speedy a fait un petit détour par erreur, il est rigolo ce Speedy. Lorsque nous arrivons enfin au village, j’avoue avoir éprouvé un grand soulagement. Mes pieds ont poussé le même soupir mais ils étaient un peu contrariés par leurs 7 nouvelles copines : mes 7 ampoules qui m’auront fait chier comme pas possible ! Je vais épuiser le stock de pansements birmans à force… La soirée est aussi très agréable, on tente de discuter avec la famille d’accueil, on découvre que le petit dernier (5 ans) va bientôt avoir une fête avec des centaines de personnes qui vont venir le voir. Cela car notre petit bout de chou va partir au monastère et devenir moine. On a assisté à la préparation des invitations et on vous confirme… il va y avoir du monde ! Du coup on sait que la fête que l’on a vue à Bagan était cette fête préparatoire pour les enfants avant leur départ au monastère.

Le dernier jour est plus soft, seulement 3 heures de descente pour enfin arriver à Pindaya et passer l’après-midi à comater et à profiter d’un bon lit. Je ne vous ai pas précisé mais les 2 nuits précédentes c’était par terre sur une couverture donc bon, on est des aventuriers mais finalement le confort c’est pas non plus un truc à rejeter en bloc par conviction.

La totalité des photos est disponible sur Picasa : 2013 – 02 – 24 – Birmanie (Kalaw – Pindaya)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Amelie&Mickael dit :

    Dommage qu’il n’y ai pas de photo de la « moto roulotte » par contre les couleurs des paysages sont vraiment chouettes

  2. Haazheel dit :

    Ha oui exact… Mais les photos et les articles sont gérés par des personnes différentes et notre équipe rédactionnelle n’est pas super organisée on va dire 🙂

  3. Julien perdu dans le Tarn dit :

    J’avoue que le description de la moto-roulotte m’a bien fait rire !!!! Et celles des 5h épuisantes de marche avec ampoules aussi…
    Si vous continuez comme ça, je m’attendrai à voir quelques couvertures au sol en guise de meubles dans votre prochain chez vous…

  4. Haazheel dit :

    Pour les couvertures on a pas non plus imaginé y passer des semaines dessus hein 🙂 C’est quand même super dur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.