De Trongsa à Bumthang – 07 novembre 2014

2014-11-07

En ouvrant les rideaux on se dit qu’on a quand même du bol.

Dat forteresse !

Dat forteresse !

Réveillés au son de plusieures explosions (les travaux en cours pour un barrage hydro-électrique), on découvre la vue qui nous avait déjà impressionnés en arrivant de nuit : la forteresse Trongsa Dzong est encore plus massive de jour. Entourés de montagne, on est obligé de reconnaître que ça en jette et elle n’a pas servi que de décoration. De nombreuses batailles ont eu lieu et le vainqueur était souvent le roi de la région. Dire que tout est parti du rêve d’un mec qui a vu une lumière et a décidé de construire un petit temple tout mignon. Les années ont passé et ça se termine par la plus grande forteresse du Bhoutan. Après avoir parcouru une toute petite partie (le reste étant réservé aux moines et/ou à l’administration), nous passons dans un temple où nous en apprenons plus sur la « roue de le vie », les 4 gardiens que l’on a vus dans de nombreux temples bouddhistse (on est maintenant capable de vous dire lequel garde quel point cardinal) et aussi sur la façon de pratiquer le bouddhisme par notre guide : je fais le bien, je suis cool et voilà, pas besoin de trop prier ou d’étudier plus la religion. Il faut tout de même penser aux quelques prières et au respect envers pas mal de lieux sacrés mais sinon ça ne semble pas plus compliqué que cela. Fin de notre visite et on monte vers la tour de garde qui a été restaurée et qui abrite un musée. A savoir que la forteresse est encaissée dans une vallée et qu’il semblait intelligent d’avoir des tours de garde à l’époque.

Le musée s’avérera extrêmement intéressant, on en apprendra bien plus sur les différents roi du Bhoutan, sur la religion de nouveau et nous verrons notre première statue de Bouddha en train de.. enfin avec une femme sur lui quoi ! L’explication étant que l’homme et la femme ensemble peuvent arriver à tout faire car ils sont complémentaires… Mouais… Là c’était notre première statue et on ne sera pas au bout de nos surprises. Nous repartons ensuite sur la route (3 heures de massage gratuit) à destination de Bumthang, un des lieux les plus importants et les plus sacrés car c’est le premier endroit qu’a visité Guru Rimboche.

Ce monsieur n’est autre que le second Bouddha et il a accompli pas mal de trucs dans le quartier comme se déguiser en Garuda et vaincre un démon, où encore avoir 8 manifestations différentes dont une où il chevauche un tigre et qui donnera son nom au temple : Tiger nest. Bref c’est une sommité et tout tourne un peu atour de lui et on a encore un peu besoin de concentration pour ne pas sourire de trop quand on apprend les différentes histoires qui l’entourent. En arrivant on apprend que nous dormirons chez les moines, on s’imaginait déjà par terre sans couverture à grelotter mais en fait la chambre est toute neuve, y a un petit chauffage et une salle de bain avec eau chaude. Nous partons ensuite participer à notre premier festival : Jambay Lhakang Festival.

Celui-ci dure 4 jours et a lieu une fois par an, c’est un festival très sacré et respecté et il se déroule autour du plus vieux temple du Bhoutan (environ 7ème siècle). Nous visitons le temple (où il va falloir se pencher sur des rénovations je pense), on aperçoit nos premières danses/chants et on se mélange aux nombreux touristes présents voire trop présents. On ira faire un saut vers une scène annexe où 2 comédiens font gagner un cuiseur à riz au tirage au sort et organisent une sorte de « Nouvelle Star »… Oui voilà c’est comme si pendant une messe hyper importante on avait Jean-Kev Adams qui faisait des sketchs…

Let's dance !

Let’s dance !

On retourne à notre hôtel et nous rencontrons Laura, une américaine venue pour écrire un livre sur l’architecture au Bhoutan. Elle a voyagé en Chine juste après la mort de Mao, est venue 4 fois au Bhoutan, a fait des nombreux trecks au Népal… Bref la classe ! On fera un petit somme et à 23h30 il est temps d’aller assister à la danse la plus importante de cette journée : Terchan.

Cette danse est la plus sacrée et elle permet en vrac : de chasser les mauvais esprits, de porter chance pour toute l’année, de donner des enfants aux femmes qui n’arrivent pas en à avoir et et de vous bénir également mais il y a un petit jeu pour que cela fonctionne. Il faut voir le pénis de tous les danseurs… Pouic pouic pouic… Car oui la quinzaine de danseurs sera complètement nue (ha non le visage est caché pardon) et ils vont danser autour d’un feu pendant un peu plus d’une heure… à 2600m d’altitude… et il fait… 1° ! Voilà voilà…

Eh bien je peux vous confirmer que nous serons chanceux : le ciel était clair, il y avait assez de lumière et on a tout vu. On verra les quelques pas de danse mais surtout on aura la surprise de voir régulièrement 2 danseurs s’écarter du groupe et venir agiter leur entrejambe devant les premiers rangs (et avec l’aide d’une lampe de poche des fois que tu ne voies pas assez à 30cm de ta tête). Aucune photo ni vidéo, je vous rassure, ne sont autorisées. Mais pour l’ambiance et tout ça, les danseurs vont être dans l’obligation de trouver une solution pour ce soucis de température et du coup de tout petit zizi… Et voilà quelques centaines de personnes regardent tranquilles des gens s’astiquer la nouille pour gagner en taille… Voilà voilà… Cérémonie sacrée tout ça. Bon nous on se marre hein, on n’est pas là pour juger puis les gens rigolent aussi autour de nous, un mec se retournera pour demander si on veut pas participer l’année prochaine, c’est bon enfant comme ambiance.

Après avoir couru autour et dans le temple (j’ai pas assez insisté mais c’est le plus vieux et le plus important de leurs temples) complètement à poil, les danseurs reviennent, simulent assez clairement quelques positions histoire de rigoler et de se réchauffer puis c’est terminé. On repart et on se fait confirmer qu’on va être chanceux toute l’année ! Notre chauffeur nous raconte qu’en 1980 il n’avait pas vu un seul pénis car il faisait trop froid et il n’y avait pas d’électricité et que depuis plus de 30 ans, il vient chaque année assister à cet événement. Après avoir constaté tout ça, on relativise facilement les bites peintes sur pas mal de maisons au Bhoutan (en plus y a un joli ruban dessus).

La totalité des photos est disponible ici : 2014 – 11 – 07 – Bhoutan (Bumthang)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Angéline Delourme dit :

    HAHAHA j ai bien ri Guigui ! J’avais oublié comme tu étais drôle à écrire vos petites aventures !! des bisous! et pour Yannou !

  2. Haazheel dit :

    Yeaaaah Angéline comment vas ? 🙂 Ben merci pour les compliments ! Des bisous de moi et Yannou 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.