Festival Pause Guitare 2009 @ Albi – 08.07.2009 au 11.07.2009

On remet ça ! 3ème année consécutive où l’on couvre l’intégralité du festival. Cette année c’est du mercredi au samedi ( ?!) : étrange, car cela nous empêchera de couvrir la scène tremplin. Et surtout fatiguant, mais on ne va pas trop râler car les concerts étaient excellents ! Un grand cru que cette édition 2009 !

Mercredi 8 juillet

Anaïs

Le raz-de-marée du « Cheap Show » est maintenant derrière Anaïs et c’est un groupe au complet qui vient défendre le « Love album ». Anaïs rejoint ses musiciens vêtus d’un tee-shirt PSG (pour ‘Pas sûr de gagner’) et un short…. Plus que court et commence un set composé en majorité de titres en anglais. C’est vrai que l’ensemble est bien plus complet et abouti musicalement, c’est vrai qu’Anaïs n’a pas perdu son humour mais je suis loin d’être emballé par des titres comme « Le 1er amour » ou « Peut-être une angine ». On appréciera les retours à des choses plus cheap comme « Christina »« Bad blues player » et un autre titre qui aurait pu marcher… « Mon cœur mon amour » où le public participera activement ! Pour ma part, je vais attendre le prochain album et la prochaine tournée car je n’ai pas du tout accroché à celle-ci.

Planète Nougaro 

Le traditionnel concert hommage sera cette année dédié à Claude Nougaro. Et c’est un très joli plateau ce soir avec : Didier Blanc, sa fille Olivia Ruiz et son fils Toan, Mouss et Hakim ainsi qu’Yvan Cujious. Les désormais inoubliables « Dansez sur moi »« Bidon »« Ma fille »enchanteront le public et on appréciera la cohérence de l’ensemble. Le titre « Bottes de banlieue » qui a été offert à Mouss et Hakim sera aussi présent. Cet hommage a été travaillé, préparé, les artistes ne sont pas là pour se montrer mais bien pour faire vivre ce répertoire ! Un grand moment de communion et la chance d’entendre un texte de Claude Nougaro racontant un plaisir solitaire sous un arbre ! Quelle poésie !

Arthur H

Un peu de retard pour le début du concert de H-Man qui amène avec lui une ambiance funk/disco pour faire danser le public.« Dancing with Madonna » et la découverte du « fluck », suivi d’une apparition du fantôme d’un certain M. Jackson, vous donnent une idée de l’ambiance du concert. Le bonhomme est charismatique, les fans sont bien présents mais le concert ne s’éternisera pas ; un rapide rappel et c’est déjà terminé ! Pas de surprise donc sur ce concert qui était attendu de longue date par le festival.

Juliette

Et c’est presque à minuit (ouch !) que Juliette et ses 6 musiciens vont réveiller la cathédrale d’Albi ! « Bijoux et Babioles » constituera la quasi intégralité du set avec quelques nouveautés mais surtout le charisme et les réflexions de Juliette vont marquer les esprits. Quand « Se faire cuire le cul » devient moins vulgaire que « Casse toi pauvre con », quand tout un groupe arrive habillé en lapin, vous savez que loin de se prendre au sérieux, Juliette joue avec son univers et ses chansons mais avec un professionnalisme plus que remarquable. Des passages plus sérieux avec un hommage à Eric Besson où encore le très visuel « La jeune fille ou le tigre » finiront d’offrir le meilleur moment de la soirée. Et ce n’est pas une dent de sagesse qui aura raison de la bonne humeur de Juliette qui terminera la soirée habillée en lapin rose, jouant du piano, et vantant les mérites d’une bonne paire de claque.

Jeudi 9 juillet

Flow

Les Flow ouvre la deuxième journée et le public découvre l’univers de la chanteuse. Un univers réaliste, exposé presque froidement mais toujours avec la volonté de faire réagir, de s’offusquer avec sincérité et de parler de sujets graves comme l’inceste ou le travail des enfants. J’avais un souvenir mitigé de leur prestation il y a un an mais là, je suis convaincu que le groupe est sur une bonne pente ! Le groupe a pris de la bouteille et on a pu aussi écouter de nouveaux titres comme « Poufiasse »qui a permis de se faire pleins d’amies ! Une bonne surprise donc que ce concert sur la grande scène.

Yves Duteil
Un rapide détour pour pouvoir entendre Yves Duteil histoire de pouvoir dire qu’on y était ! La soirée affiche complet et le public affiche un grand sourire, visiblement content de la prestation. Pour ma part je repars heureux d’avoir pu entendre « Prendre un enfant par la main », c’est ma maman qui va être contente !

Caravan Palace
Un soucis technique réduira considérablement la prestation du groupe… Mais quel claque ! Le jazz électro swing de Caravan Palace va faire sauter toute la fosse et mettre une ambiance plus que festive ! La chanteuse du groupe et sa voix sortie tout droit des années 20 mettront un joli bordel. Une découverte qui gagne en popularité et c’est mérité ! Rendez-vous en 2010 pour la suite de leur carrière car vous allez en entendre parler !

KKC Orchestra
Une seule chanson mais une forte impression ! A surveiller dans les mois à venir pour de plus amples informations.

Les Ogres de Barback

Les Ogres prennent possession de la scène pour un set qui s’avèrera trop court ! A peine plus d’une heure, cela ne suffit pas à juste jouer les titres les plus connus mais quel bonheur ! Un concentré du meilleur des Ogres enrobé dans la formule en 3 parties : chanson festive, chanson d’amour et chanson expérimentale ! La première comble les fans avec « Rue de Paname », la seconde fait tanguer le public avec « Le café du canal » et la dernière offre un mix improbable entre NTM, la Mano et les Ogres ! « Salut à toi » permettra de bien transpirer et l’on termine avec« Salut à vous ». Impossible de se lasser de ce groupe ! A bientôt sur les routes !

Tryo

Honte à moi mais je découvre Tryo sur scène ce soir… Le public, lui, est constitué de fans qui connaissent très bien la discographie du groupe et qui chanteront sur des titres ayant plus de 10 ans. Duo de percussion entre chilien et argentin en intermède musical entre les tubes du groupe. Une ambiance « chanson au coin du feu » alors que la grande scène affichait complet. Le final avec un public chantant « L’hymne de nos campagnes »termine en beauté cette soirée ! Un petit regret : ne pas avoir pu entendre « La misère d’en face » mais la soirée se termine de fort belle manière.

Vendredi 10 juillet

La Casa
Malgré une organisation sans faille, nous ne pourrons entendre que les 2 derniers titres de la Casa… Dommage, l’ensemble avait l’air très sympa et il faudra que l’on attende de recroiser leur route pour se faire une meilleure idée.

IZIA

Bon là, il va falloir sortir mon dictionnaire de synonymes pour trouver de nouveaux superlatifs… Izia c’est un groupe de 4 personnes : 3 musiciens et 1 chanteuse. Le batteur est sur-vitaminé et bien délirant, le guitariste bien rock et le bassiste bien dans son style de dandy et puis il y a la chanteuse. Je vais de suite vous annoncer que ce concert était mythique ! Le public de pause guitare a dû être surpris par l’énergie et le show auquel nous avons pu assister. Le phénomène Izia était sur scène et a offert une de ses meilleures prestations. Que ce soit sur « Let me alone »« Lola », ou « Hey Bitch », Izia nous scotchera sur place. Les cheveux volent dans tous les sens, la jeune fille se roule par terre, hurle, relance le public… Rien n’est surfait, tout est juste pure claque dans la gueule et je me demandais ce qui se passais… Un peu abasourdi mais néanmoins heureux, nous avons pu voir un concert sans démagogie où Izia aura tout donné pour un résultat impressionnant. Rien que pour ce concert, le festival Pause Guitare 2009 aura une saveur particulière, celui où j’ai vu la naissance d’une putain de bête de scène ! Quelle claque !

Julien Doré
Heuu…. Si je donne mon avis, je risque de devenir vulgaire. Je ne comprends pas… Comme on dit « Tous les goûts sont dans la nature » et il ne faut pas dire « c’est de la merde » mais « Je n’aime pas »… Et bien soit… « Je n’aime pas du tout !!! »

Amélie-les-Crayons

Ambiance plus calme et familiale sur la scène des Arcades où nous allons pouvoir terminer la soirée bien au chaud dans l’univers d’Amélie-les-Crayons. Accompagnée de ses 3 garçons, Amélie entraînera le public à la rencontre de ses personnages : « La maigrelette »« Mon Docteur », … et nous permettra de débattre de problèmes de société tels que « Les pissotières ». L’univers d’Amélie se veut calme et nostalgique comme sur « Le linge de nos mères », mais la princesse se transforme en furie par moment pour notre plus grand plaisir. Une petite danse sur le dernier titre, une demande en mariage de Jean et c’est déjà fini. Un très bon moment, un concert passé à sourire et à profiter. Merci Amélie !

Samedi 11 juillet

Monsieur Chouf

Difficile de voir les 6 groupes de la scène tremplin car les premiers jouaient le vendredi après-midi… Tant pis, nous pourrons tout de même voir le dernier de ces sélectionnés. Monsieur Chouf effectue une première entrée mais le public, n’ayant pas encore l’habitude, va devoir l’accueillir une seconde fois : mais comme une star ! Seul à guitare, on sourit largement sur « La pâquerette » et son dénouement, on voyage avec « Les nuages » et « Le petit bateau de bois » et l’on découvre de nouvelles chansons dont une sur ces fabuleuses personnes que sont les intermittents du spectacle ! Un très bon petit concert et un chanteur au capital sympathie énorme ! Nous resterons un peu pour avoir les résultats et c’est « Garance » que l’on retrouvera donc l’année prochaine sur une plus grande scène.

Manu Galure

Lauréat de la scène tremplin en 2008, Manu Galure revient mais en formule trio cette fois-ci. Une batterie électronique et un clavier en plus du piano et un set tout nouveau tout neuf. Petit changement de cap avec moins de chanson racontant une histoire et plus de chant, plus de musique. Point de pianiste du Titanic ni de cours de piano mais quelques vampires et des animaux sauvages en guise de nouveautés. Le garçon a toujours du talent, cela ne fait plus aucun doute depuis longtemps mais, en ce qui me concerne, je dois bien avouer que je préférais « avant ». Le public a lui bien réagi en tout cas.

Debout sur le Zinc

Habitué à voir ce groupe devant un public conquis, il était intéressant de voir comment la sauce allait prendre devant un public composé en majorité de bénabarges. Le sourire de Simon en marquera plus d’un, sans compter le levée de contrebasse de William. Le public se prendra même au jeu en reprenant l’air de « La déclaration ». Pas de grosse surprise sur ce set, les changements d’ambiance et de chanteur sont au rendez-vous, on apprécie de retrouver « Poil aux yeux » et « Des singes des moutons ». Les Debout auront le droit à un rappel d’un public visiblement surpris ! Très bonne soirée et content de voir qu’une fois sur une grande scènes, les Debout arrivent à convaincre du monde, les réactions étant très bonnes tout autour de moi.

Bénabar

Depuis le temps que je n’avais plus croisé cet artiste, je me demandais ce que les concerts avaient pu devenir depuis que le monsieur passait à la télé ! Et bien, il y a plus de moyens c’est clair ! Au minimum 9 musiciens et jusqu’à 14 personnes sur scène lors de chorégraphies… surprenantes ! Le public est composé majoritairement de mères de famille mais accompagnées de leurs enfants. Du coup c’est toute la famille qui est venu voir Bénabar ! Et le concert est bien rôdé, Bénabar met rapidement le public dans sa poche, enchaîne les inévitables « Effet papillon » et « Le dîner » mais aussi les retours aux premiers albums avec « La p’tite monnaie »« La berceuse » se verra agrémentée d’une chorégraphie des musiciens tout simplement hilarante ! Le show est colossal et les moyens paraissent presque disproportionnés au vue de la légèreté des textes mais.. on y prend plaisir et pour une fois ce n’est pas dans un zénith qui déborde… Un très bon concert !

Conclusion :

La première surprise vient de la disparition de la scène du théâtre de verdure où se produisait les groupes à tendance plus rock que chanson. Une chance pour certains groupe de se produire du coup sur la grande scène, mais malheureusement moins de choix pour le public ! Le festival continue sur sa lancée écologique déjà bien entamée l’année précédente : gobelet consigné, toilettes écologiques, etc… et niveau organisation c’est bien sûr sans faute. La grande scène a semblé accueillir davantage de monde et la place Savène quant à elle a vu se produire des concerts en plus de la scène tremplin. Faire l’intégralité du festival représente un petit budget tout de même, mais la programmation aligne les têtes d’affiches donc rien d’étonnant ! Par exemple, voir Bénabar seul dans une salle revient autour de 35 € et bien pour le même prix, à Pause Guitare, on vous rajoute l’excellent Manu Galure et les fabuleux Debout sur le Zinc ! On aimerais peut-être plus de « nouveaux groupes en devenir » en début de soirée sur la grande scène… Bref, on critique, on critique mais on se régale chaque année !!!

En tout cas, cette édition restera pour moi l’édition IZIA ! Un concert d’anthologie !

Et l’on se donne rendez-vous l’année prochaine pour Pause Guitare 2010 !

Un IMMENSE merci à Annie !!! Un grand bravo aux bénévoles et aux organisateurs ! Merci aux photographes : Quentin et Lionel ! Merci à Yann !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.