Lac Edouard – 12 et 13 juin 2018

Sans le savoir on va aller au dernier village au bout d’une route.

Un premier indice quand notre hôte de la veille ne voit pas très bien ce qu’on irait faire au Lac Édouard vu que pas grand monde n’y passe… Un second indice quand on va prendre la route… Jusqu’ici on avait pu s’arrêter dans ce qu’on va appeler des aires d’autoroute (avec de l’essence, de quoi manger, classique quoi). Sur la première partie on ne trouve pas grand-chose mais comme la route est super belle, que l’on est presque tout seul, on en profite et on a juste un petit regret de ne pas avoir des petites zones pour pouvoir s’arrêter le long et faire des photos.

Arrivés à proximité de la Tuque, je ne prête pas trop attention au panneau et je rate la sortie avec MacDo et autres enseignes… Pas grave me dis-je, je m’arrêterai plus loin… Oui ben non parce que plus loin c’est la Lac Édouard et que plus loin il n’y a plus de route du tout ! On débarque donc dans le petit village (on apprendra qu’il y a 160 habitants) et on roule jusqu’à… un rond point mais avec une seule route qui arrive dessus. Ok donc on est au fond du Québec on dirait. On va tenter de boire un coup dans ce qui semble être un bar/restaurant et en entrant ça ressemblait quand même vachement à un épisode de Twin Peaks !!! 3 ou 4 personnes nous fixent un peu, je demande si on peut boire un truc et y a pas de soucis… 30 secondes après on nous demande ce qu’on fait ici et fallait voir la tête quand on dit qu’on venait pour 2 jours sans avoir prévu d’activités !

Le patron me dit qu’on devrait aller à la Pourvoirie du Triton. C’était l’activité principale proposée par le tour opérateur sur lequel j’ai calqué notre périple mais j’avais choisi un autre logement car je pensais qu’il était obligatoire de chasser/pêcher quand on allait dans une pourvoirie. C’est totalement faux car on peut aller y bruncher, y souper et profiter du bâtiment de la fin du 19ème où est passé Churchill par exemple. Ces pourvoiries étaient des clubs très fermés où les gens venaient effectivement chasser et pêcher et profiter de l’aide des trappeurs (de vrais trappeurs canadiens comme on les imagine). Pas de chance pour nous, le lieu est ouvert à l’année sauf une ou 2 semaines et on est pile poil pendant leurs vacances…

Nous rejoignons ensuite notre logement : le presbytère du Lac Édouard. J’avais contacté les propriétaires sur Facebook et réservé directement. On est accueillis par Nathalie qui en plus d’être super gentille va nous offrir un petit repas (je vous rappelle qu’on avait raté la dernière sortie avant Lac Édouard). On discute un peu avec cette française expatriée ici et elle va nous donner plein d’informations sur le village, sur les ballades à faire, etc. Elle nous trouve 2 vélos neufs qu’on nous prête et on va filer jusqu’au débarcadère de la Pourvoirie du Triton. Une première ballade dans les forêts super sympa et sans croiser personne. De retour nous allons partager le repas avec Louis et Nathalie et on s’est régalés ! Tout est fait maison, on a l’impression de manger avec des vieux amis et on échange nos souvenirs de voyage, des anecdotes sur la France et le Québec, on espère que le ciel soit dégagé pour observer les étoiles de ce lieu qui est réputé pour cela (malheureusement le temps restera couvert).

Nous avons toute la journée du lendemain pour aller explorer le bout du village et son ancien sanatorium (pour soigner les tuberculeux). On fait un stop chez Lorraine, l’artiste du village et surtout une experte en champignons. On repartira avec du chagat, un champignon aux multiples vertus que l’on trouve pas loin. Le reste de la matinée sera consacré à se perdre dans le camping nature, à déambuler au milieu des anciennes maisons encore abandonnées et à rôder autour de l’énorme sanatorium. C’est assez… inquiétant et pas étonnant qu’il est était considéré comme hanté ! Après avoir découvert la plage et rebroussé chemin sur notre premier parcours de randonnée (un arbre était tombé très récemment), nous décidons d’aller explorer les sentiers en pleine forêt.

On nous prévient que potentiellement il y a des ours mais que depuis qu’ils habitent ici ils en ont vu qu’une ou 2 fois… Pas trop rassurés on file pour 3 heures de marche dans la vraie forêt et sur des sentiers pas totalement aménagés. C’était super sympa si on omet notre guerre déclarée avec les moustiques et autres mouches !!! Putain qu’elles sont chiantes ces saloperies !!! On va faire le maximum pour profiter des points de vue mais les arbres ont poussé et l’association qui gère les sentiers n’a pas la capacité pour tout faire.

Pour l’anecdote j’ai entendu un truc me foncer dessus à travers la forêt ! Après avoir vu ma vie défiler et avoir passé en revue toutes les options possibles (battre mon record de sprint sur 4km, m’envoler, me découvrir des talents de kung-fu contre un ours…), je me retourne pour affronter… une poule sauvage… Putain de volatiles à la con !!!

On revient vivants et satisfaits, et pas moins de 5 minutes après notre retour, une énorme averse tombe sur le lac… Ok là on a du bol car évidemment pour une fois on était partis avec rien pour la pluie car il faisait super beau… Le temps change vite ici et j’ai encore du mal à m’imaginer qu’il y a 3 semaines il y avait de la neige !

Dernier repas avec Nathalie et Louis, des hôtes toujours aussi adorables même si je ne comprends pas comment Louis peut trouver les serveurs à Paris « typiques » et sympas, et comment Nathalie a pu aller se balader au Cachemire le 11 septembre 2001 et se faire évacuer par les militaires en essuyant des coups de feu !!! Une grande voyageuse qui a choisi ce petit coin de Québec pour s’installer et avec qui on a passé de très bons moments !

On a adoré séjourner ici, nul doute que si on a le courage de venir faire de la moto-neige, on passera dormir ici !

Lien vers les photos : 2018 – 06 – 12 – Canada (Lac-Édouard)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.