De Sapporo à Tokyo – 3 novembre 2017

Avec plus de 7 heures de train en 2 jours, on va devoir sacrifier une des 2 villes : Sapporo ou Hakodate.

On a dû trancher et on décide de passer la journée à Sapporo pour juste faire une pause dodo à Hakodate le lendemain. On a donc normalement le temps de voir le village historique et le musée d’Hokkaido puis de filer à Hakodate et enchaîner sur un long trajet vers Tokyo.

Le village historique sera une excellente surprise. Il est dans une très grand forêt (du coup un peu à l’écart de la ville ce qui explique le faible nombre de visiteurs) et même si aujourd’hui est férié (journée de la culture), le musée est tellement grand qu’on se sentira seul pour visiter les dizaines de bâtiments issus de tout Hokkaido. Il y a une partie sur les villages de montagnes, une autre sur les pêcheurs et ainsi de suite. On peut rentrer dans la grande majorité des bâtiments. Les plus marquants seront ceux où l’on peut voir des photos prises il y a des dizaines d’années dans l’école ou le dojo avec entraînements à l’aïkido ou au judo. C’est super intéressant de pouvoir visiter autant de choses différentes en quelques heures, il y a même des reproductions avec mannequins (la première fois ça fait un peu peur quand on croit voir quelqu’un en train de couper du poisson) et un immense bâtiments est occupé par 2 guides volontaires qui m’auront foutu la trouille de ma vie ! Je pensais que c’étaient des mannequins comme depuis le début moi, on n’a pas idée de bouger et parler sans me prévenir !

La suite c’est le musée où, journée de la culture oblige, on a une animation spéciale : un concert de musique et chant Aïnu ! Trop de la chance même si l’instrument à vibration un peu chelou n’a pas non plus éveillé mon appétit musical. Le trio de femmes est en habits traditionnels, c’était un coup de bol de tomber dessus. On fait le musée un peu vite mais il vaut le coup, on peut voir l’évolution d’Hokkaido à travers le temps avec des questionnements sur le futur, sur le maintien et le respect de la culture Aïnu, sur la place de l’homme et son impact.

En attendant le bus, on est interpellé par un homme qui nous dit que c’est dommage d’attendre 12 minutes le bus alors qu’il peut nous déposer… Alors heu 12 minutes c’est pas énorme mais le mec est super souriant avec sa petite dans les bras on accepte. Il aime visiblement la France, il nous montre sa voiture (une Citroën), ses porte-clef tour Eiffel et son fond d’écran Mont Saint-Michel ! (il va falloir que j’aille le voir celui-là, la majorité des japonais qui ont visité le France m’en parlent). On se fait transporter en essayant moi de parler japonais et lui de parfaire son anglais ; il essayera le français mais il connaissait que Bonjour, Bonsoir et Je t’aime alors on est repassé à l’anglais. Nous voilà donc à la gare, on vient d’être déposés par un très gentil monsieur (thank you Mister Hiroyuki Wakasa !), anecdote normale au Japon du moins on y a droit à chaque voyage.

Quelques heures de train plus tard, on déguste de délicieux sushis à Hakodate, on a le droit à des makis gratuits parce que… ben parce que c’est Le Japon ! On va passer une nuit rapide dans une guest house et… la personne nous propose de nous déposer à la gare le lendemain (je rappelle qu’on est arrivé en fin de journée et on repart tôt le matin). Sa femme va même devoir nous y amener ce qui me fera bien galérer avec mes 20 mots japonais pour tenter de lui répondre mais j’ai compris que visiblement les attentats en France l’inquiétaient et que Trump était à Shybuya à Tokyo.

La suite c’est un trajet de plus de 4 heures dans l’Hayabusa pour passer d’Hakodate à Tokyo. Trajet prolifique car je rattrape mes retards de rédaction d’articles en dégustant un ekiben.

Lien vers les photos : 2017 – 11 – 03 – Japon (Sapporo)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.