De Anuradhapura à Sigiriya – 23 février 2016

2016 - 02 - 23 - Sri Lanka (Anuradhapura)

Cela commençait à faire longtemps que nous n’avions pas assisté à une cérémonie bouddhiste.

Grâce à notre guide au super pouvoir, nous allons partir tôt pour aller directement au Mahāvihāra ce qui signifie « grand monastère » et être parmi les premiers sur place. Une longue file de personnes toutes de blanc vêtues est en chemin et nous allons pouvoir les observer dès leur entrée. Tout le monde psalmodie et les autres personnes présentes viennent toucher les offrandes qui sont transportées. Une mamie insistera fortement pour que nous touchions ce qu’elle a amené et je suppose que c’était pour nous porter bonheur. A l’arrivée, des fleurs, des fruits, du riz, des boissons sont déposés devant la statue de Bouddha puis tout le monde s’éparpille et s’assoit rapidement et d’un coup un prêtre se met à « lire » des textes d’enseignements bouddhistes. On est les seuls à circuler, même les policiers sont assis en tailleur. Nous ressortons pour enfin être devant le seul et unique arbre sous lequel Bouddha a eu l’illumination et qui est donc l’arbre le plus sacré du pays. J’ai un doute sur le fait que ce soit l’arbre ou juste une bouture mais peu importe, c’est à partir de lui que sont repartis tous les bohdi tree du pays à ce qui se dit. On finit par déposer nos offrandes nous aussi avant de repartir avec la sensation d’avoir eu de la chance d’être venu ce matin et de n’avoir croisé qu’une seule et unique touriste.

On poursuit notre visite avec Mihintale qui est un lieu sacré également et pour cause, c’est ici qu’a eu lieu la conversion au bouddhisme du roi singalais Devanompiyatissa ce qui marquera le début de la diffusion dans le pays. On commence notre visite par une stupa, une statue de Bouddha et enfin l’ascension du rocher où seraient apparus les moines. La montée est facile mais très étroite, on se hisse enfin au sommet où l’on peut tenir à maximum 15 personnes et on est environ 10… 2 touristes français, 7 femmes tout en orange, un moine et un jeune. On essaye de prendre des photos tout en ne gênant par le groupe qui semble bien apprécier le moment puis une des femmes, plus courageuse ou parlant mieux anglais, nous demande d’où nous venons. Nous lui répondons et en retour nous apprenons qu’elles viennent de Birmanie. Nous faisons donc ce que font tous les gens qui voyagent, on se la raconte en donnant les noms des villes que l’on a bien aimé et… et… Séance photo !!! Nous allons devoir poser avec chacune puis viendra le moment de la photo de groupe ! Très marrant, on a bien rigolé tout comme les 20 personnes qui poireautaient dans les escaliers car on ne libérait pas la place.

On enchaînera ensuite plusieurs stupa qui deviennent de plus en plus grosse, je ne sais pas si la taille du bâtiment correspond à la ferveur religieuse mais il avait un sacré niveau là. On est aussi impressionnés par le système d’irrigation qui a consisté à creuser un paquet de lacs puis par des systèmes de tunnels et de filtrage avec différents niveaux à amener l’eau dans les cultures ou dans les palais. La championne toutes catégories des stupas est Abhayagiri Dagaba : environ 2 milliards de briques ce qui permettrait de faire un mur entre Londres et Edimboug ou encore de changer toutes les briques de Toulouse. C’est grand, c’est… très grand voire genre un peu disproportionné non ? On tente de faire le tour mais sachez que pieds nus dans l’après-midi il fait… brûlant sous les pieds ! On a eu mal en fait mais on a fini le tour ! Je vous avoue que j’ignorais (… oui bon ok je ne sais pas grand-chose en fait…) toute de l’histoire des rois et des empires au Sri Lanka, on découvre tout un paquet de chose grâce à Kumudu et même si j’ai oublié tous les noms des protagonistes, je commence à retenir certaines choses et quand on est devant ce genre de constructions, on perçoit un peu ce que pouvait être la puissance et la capacité de construction de l’époque.

Culturellement c’était génial, visuellement c’était pas mal du tout, financièrement on a l’impression de se faire plumer de long en large… 35$ pour 2 sites, quand on sait qu’au Cambodge il y a Angkor Watt, on a du mal à voir la justification… Le site est beau, il a une histoire mais la restauration n’est en rien comparable et pourtant on a passé notre temps à payer en plus des tickets d’entrée…

En fin de journée, nous pouvons admirer le Lion’s Rock que nous allons gravir demain et… c’est beau !

Lien vers les photos : 2016 – 02 – 23 – Sri Lanka (Anuradhapura)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Quentin dit :

    Putain Yann s’est mis au footing !

  2. Haazheel dit :

    20 mètres sur sol très chaud, une épreuve peu médiatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.