Gogol Bordello @ Le Bikini – Toulouse – 19.05.2010

Plus d’un an après leur dernier passage, Gogol Bordello revient de par chez nous avec leur Gogol Tour. Vue la réputation scénique du groupe, on y retourne avec envie.

Déjà plus d’un an que l’on avait trempé les tee-shirts pour leur passage au Bikini et ce soir il reviennent avec leur nouvel album « Trans-continental Hustle ». Avant de foutre le bordel, écoute rapide d’un Dj et des Mariachi El Bronx. Je dit écoute rapide car au bout de 30 secondes, je sors me prendre une bière pendant que le DJ ouvre la soirée. Etonnant de ne pas le programmer après Gogol Bordello histoire de prolonger la soirée pour ceux qui aiment… Puis viendra le tour de Mariachi qui ont toute la panoplie « mariachi » avec les costumes et les guitares. Pas mauvais, plutôt de bonnes réactions dans le public mais c’était très… mariachi voire trop.

Avec la réputation scénique que se traîne le groupe d’Eugene Hutz et la prestation moyenne de l’année passée, on était en droit d’attendre du lourd pour se faire pardonner et… on a eu du lourd ! L’arrivée du groupe (nombreux avec toujours une danseuse/chauffeuse de salle) se fait tranquille et arrive enfin le charismatique leader ! Je ne pensais pas qu’on pouvait porter la moustache, boire du rouge à la bouteille et avoir la classe américaine à ce point ! Je découvre le nouvel album ce soir et pas de mauvaise surprise, la musique mélange toujours rock, ska, et gypsie punk mais avec un côté plus rap quand le deuxième chanteur prend le micro. Mélange réussi une fois de plus et le premier slam arrive… dès la première chanson. « Immigraniada » finit d’enflammer le public et il faut reconnaître que ce morceau a de quoi filer la pêche à n’importe quel blasé des concerts.

La danseuse arrive et malgré une petite chute (avouons le, un peu ridicule), elle incitera les premiers rangs à mettre encore plus de bordel. Le violoniste me fait décidément toujours penser à un pirate avec son violon brandi telle une épée.. ce groupe a définitivement la classe ! Seul petit accroc : un slameur plus courageux que les autres osera tenter de monter sur scène… Il sera poussé sans aucun ménagement. Mais bon on avait aussi été clair lors de la date précédente, chez Gogol Bordello, le bordel c’est dans la fosse !

La plus grande claque de la soirée sera la dernière chanson qui se terminera après une dizaine de reprise du refrain de plus en plus rapide : c’était un bordel de chez bordel ! Bien calé loin des slams, j’étais fatigué pour le groupe… Impressionnant et rassurant de voir qu’on ne se lasse pas d’un groupe pareil !

Merci à François Bikini ! Merci à Jérôme pour les photos ! Merci à Yann !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.